Ma déclaration d’amour médicale

Soyons francs, l’errance médical ressemble à l’enfer. Et ces médecins supposés nous aider représentent davantage le diable. Comme toutes les endogirls, j’ai connu des moments d’humiliation, de moqueries, de maltraitance, de sexisme, de désespoir et d’abandon. On en parle souvent et c’est important. Il faut que l’errance et la bêtise cessent pour une meilleure (et plus rapide) prise en charge des patientes. A ce sujet, si ce n’est pas fait, allez signer la pétition créée par la brillante bloggeuse d’Endométriose mon amour.

Bref, aujourd’hui pourtant, j’ai décidé d’être positive – ça doit être à cause de l’été – et de rendre hommage à une grande dame. En réalité, elle est plutôt petite mais on se comprend. Mireille a été mon médecin traitant pendant toute mon adolescence et jusqu’à mes 27 ans. Autant dire qu’elle a été aux premières loges lors de l’éclosion de mon endométriose. Mireille, c’est quelqu’un de profondément bon, à la voix calme et posée – un atout idéal pour calmer l’anxiété. Et c’est surtout quelqu’un qui ne juge jamais et qui écoute. Elle m’a toujours fait confiance et n’a jamais remis ma parole en doute. Même lorsque je n’étais qu’une gamine de 11 ans qui racontait avoir très mal au ventre pendant ses règles. A cette époque, elle m’a immédiatement donné des calmants plus forts que du spasfon. Et c’est avec elle que j’ai testé mes premières pilules à 14 ans alors que les gynécos répétaient que j’en faisais trop. Quand une endométriose a été diagnostiquée chez ma soeur à Paris, elle a tout de suite pressenti que j’en avais une. Et même s’il n’y avait pas de spécialistes dans ma région, même si personne ne parlait de cette maladie, même si la gynécologie n’était pas son domaine, elle a tout essayé pour m’aider.

Mireille m’a toujours soutenue. Elle est pour moi l’essence même de la bonté. Elle représente l’être humain sous son meilleur jour et elle pratique la médecine telle qu’elle devrait être pratiquée partout. Combien de fois ai-je pris rendez-vous avec elle juste pour lui parler ? Désolée pour le trou de la Sécu… Pendant toutes ces années, elle a été mon repère, ma psy, mon confesseur, ma maman de substitution. C’est la seule personne à qui j’ai toujours pu tout dire, sans masque. Ce qui, me connaissant, est unique… Combien de fois l’ai-je appelée au secours chez elle ou même chez sa mère ? Et alors qu’elle avait ses enfants et sa famille à gérer, elle a pris le temps pour moi.Elle a pris le temps un soir alors que je faisais une crise d’urticaire géante et que mon grand frère paniquait. Elle a pris le temps un matin quand j’ai dû partir à l’hôpital d’une ville étrangère pour débuter une trithérapie d’urgence et que je ne pouvais en parler à personne. Elle a pris le temps un samedi après-midi alors que j’étais en crise de manque morphinique au travail et que je croyais devenir folle.

Aujourd’hui, avec le recul et les (mauvaises) expériences, je réalise la chance que j’ai eue de l’avoir à mes côtés pendant toutes ces années. D’ailleurs, le jour où j’ai dû faire ma déclaration d’un nouveau médecin traitant, j’ai pleuré. A 27 ans. Comme un enfant. Car si ma nouvelle vie à Paris me permet d’être entourée de nombreux spécialistes qui me prennent en charge avec compétences et bienveillance, Mireille me manque cruellement. C’est elle qui m’a montré la femme que je veux être quand je serai grande. Et je lui suis éternellement reconnaissante.

Pour tout.

Un commentaire sur “Ma déclaration d’amour médicale

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :