Apprendre à respirer

Une bonne respiration est un outil essentiel dans la vie. Elle permet de se calmer lors d’une situation stressante ou de retrouver son souffle après un exercice physique. Elle permet aussi de gérer la douleur lors de contractions utérines.

endometriose meditationLa méditation est donc un excellent exercice à faire au quotidien. On peut débuter avec une méditation en pleine conscience et une tâche sur laquelle se focaliser comme le balayage corporel (ou body scan). La démarche est simple. D’abord s’allonger le dos bien à plat sans cambrure ou s’asseoir le dos droit contre un dossier et les pieds bien ancrés dans le sol. Fermer les yeux et se détendre en focalisant d’abord son attention sur les orteils. Déplacer progressivement son attention sur chaque partie du corps jusqu’au sommet de la tête. Une respiration régulière et normale aide à se concentrer. Si des éléments extérieurs ou de simples pensées parasitent votre travail, ne vous découragez pas et suivez une séance de méditation en ligne. Il est plus facile d’être guidée par une voix.

Personnellement j’utilise l’application Mind. La plateforme propose une séance de méditation guidée quotidienne d’une dizaine de minutes mais aussi des séances spéciales pour les transports en commun ou la nuit. Enfin, chaque mois, un intervenant propose
un programme sur une thématique comme la bienveillance, la créativité ou le silence. L’abonnement est payant mais le contenu est riche et vous permet de pousser les séances un peu plus loin. Il existe aussi d’autres applications et des cours sur YouTube. A vous d’essayer et de choisir ce qui vous correspond le mieux.

Dépasser la douleur

La méditation en pleine conscience permet de s’arrêter sur le moment présent. Il n’y a plus de passé à ressasser ou de futur à anticiper. Les pensées passent tandis que l’on se focalise sur une globalité de son être tout entier. Ainsi, si la douleur se réveille lors de la méditation, l’idée n’est pas de se laisser envahir par la souffrance et de changer de position pour se soulager. Il s’agit, ici, d’observer la douleur sans s’attarder sur elle, la replacer au coeur de notre globalité qui comporte des dizaines de ressentis différents. Tout en poursuivant ce travail de respiration, il faut prendre conscience de ces ressentis qui évoluent en nous et les laisser vivre, les laisser passer. Et peu à peu la douleur (ou l’angoisse) s’atténuera voire se dissipera totalement.

Lorsqu’une certaine « routine » est mise en place, il est plus facile « d’entrer en méditation » et d’atteindre, éventuellement, ce dépassement de la douleur. Vivre cette situation (qui peut paraître insurmontable) est une grande victoire pour quelqu’un atteint d’une maladie chronique. C’est une valorisation extrême : je suis capable de gérer ma douleur, je suis capable de la terrasser. Bien sûr, ce stade n’est pas automatique et ne pas l’atteindre n’enlève rien à la valeur de chacun. L’important n’est pas la recherche de l’efficacité mais la connexion avec soi-même.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :